virgin transposition

Galerie Plastico-Grèce-2020

La performance Virgin Transposition est de loin le rituel le plus intime dans le travail d'Isabelle Derigo.

Elle fait référence ici à l'art japonais du Kintsugi qui consiste à réparer avec de la poudre d'or les poteries cassées. Cette action réparatrice fait partie de l'histoire de l'objet et lui apporte encore une valeur plus élevée.

Durant la performance, le public est invité à exprimer ses blessures sur la toile noir tendue à l'aide d'outils comme des ciseaux ou un cuter pendant que de l'autre côté Isabelle recoud symboliquement la plaie au fil d'or. Chacun peut rester devant connecté avec elle autant qu'il le souhaite le temps qu'elle procède à la cicatrisation et l'expérience peut être renouvelée autant que nécessaire. La performance est terminée lorsqu'il ne reste plus personne devant le tissu et que toutes les blessures sont refermées.

Cette possibilité allégorique de saigner est très puissante pour le public  et elle permet à Isabelle d'incarner un geste de guérison qui compte énormément dans son travail sur le féminin.

Le titre pousse d'ailleurs la référence jusqu'à l'art de l'hyménoplastie et de la reconstruction clitoridienne appelée en anglais transposition.

 

Derrière l'évidente poésie de cette performance, Isabelle continue d'interroger l'aliénation et la maltraitance des femmes encore au XXIème siècle, qu'elles se l'infligent elles-mêmes ou qu'elles le subissent.

©Isabelle Derigo